21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 11:22
 
Le chat a bien fait de vous souhaiter bonne année tout de suite parce qu'à peine franchi le seuil de 2017, il n'a pas arrêté !!... d'ARRÊTER... et les "bonne santé" n'y ont rien fait !

Terrassé par une flopée de virus folâtrant dans toute la contrée, notre matou n'a eu pour seules activités que de rencontrer les médecins de garde, pharmaciens, apothicaires, vendeurs de kleenexs. Toute la famille y est passée ou presque, inutile de vous lister la diversité des syndromes grippaux ou avatars du genre qui pourrissent encore à l'heure actuelle notre douillette vie sous la couette.... séquence frissons et éternuements... snif !

Je ne peux quand même pas passer sous silence, à l'heure des smartphones, des drive, des vélo'v (oui bof ! ... fait un peu froid en ce moment), des bus sans chauffeur, des spationautes en apesanteur, et des SDF à la rue malgré tout.... l'état de panique actuelle des hôpitaux dans une métropole telle que Lyon !!

Personne n'ignore la désertification médicale des campagnes, à laquelle les gens de la ville ces petits veinards s'empressent d'opposer la diversité du choix dans la multitudes des centres hospitaliers mis à leur disposition.

 

"Venez-y voir !" comme dirait la mère Cotivet !!

 

ATTCHhhhouum !....

J'y viens !...

Notre puce qui est parvenue à atteindre les 3 kgs à pas tout à fait 2 mois n'a pas réussi à passer à travers les virus, malgré masques, lavages de mains agressifs, privations de bisous, quarantaine des cousins au nez qui coule... ce que tout le monde craignait arriva.

Quand ce petit corps s'est mis à se secouer sous les quintes de toux, tout le monde s'est bizarrement senti impuissant.... Boah.... les bronchiolites chez les petits c'est monnaie courante chez les autres, mais quand ça arrive chez soi, c'est soudainement très grave.

 

A Lyon nous avons l'hôpital mère-enfant de Bron : une quasi-ville à la disposition des futures mamans et des bébés... le Summum du TOP !!.. sans parler des services pédiatriques de l'hôpital de la Croix Rousse et de tous les hôpitaux et cliniques de l'agglomération.

Notre pitchoune qui était restée près de 3 semaines dans un service de néo-natalité à 5 minutes de leur domicile, était rentrée en toute confiance chez elle....

"s'il y a quoi-que-ce-soit, appelez nous et ramenez la !" (le SAV en quelque sorte... mais pas pour un échange parce qu'on est très très contents du modèle)

 

Que nenni !

... les parents ont appelé appelé ♪♫ elle n'est jamais venue, lay, lay lay lay♪♫... et on leur a dit qu'en effet il faudrait la ramener...  mais une fois examinée, ils étaient désolés de ne pas pouvoir la garder parce qu'il n'y avait plus de place.... allez voir le pédiatre de quartier, ou le 15, et le kiné, ou.... dé(m)brouillez vous !

Bilan de l'opération : 3 rendez-vous chez le pédiatre, 3 nuits blanches, 1 appel au 15 suivi d'une visite.... et finalement une hospitalisation à Villefranche sur Saône à 40 kilomètres d'ici, la maman ou le papa sur un lit de camp avec leur repas en "Tupperwares maison" depuis 3 jours... (et encore heureux qu'il n'y ait pas 4 frères et soeurs à la maison)

C'est pas beau le progrès ???

On s'en fiche, la petite va mieux, même si elle est dans une chambre à côté d'un autre bébé encore plus contagieux qu'elle... ben oui, faut relativiser dans la vie quand on n'a pas le choix, et encore !... on est sacrément vernis d'avoir des soins, un toit et du chauffage !!

 

ATTChhhOUUM !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Santoline - dans snif, grrr ...
commenter cet article

commentaires

mamanorglerin 23/01/2017 09:55

arhhh ! la bronchiolite ! Maudit souvenir ! Je compatis ! Et les progrès sont visibles ;( 20 ans après la prise en charge est pire ! tu l'as dit "dé(m)brouillez vous et le maître-mot aujourd'hui ! Entre les "Plus de place, on ne prend que les urgences" ou "pour l'instant vous pouvez gérer, alors rentrez chez vous" ou "revenez si vous voyez que cela s'aggrave" comment faire confiance encore au corps médical quand on finit par ramener avec les pompiers son petit bout à l’hôpital avec 41°de fièvre et que l'on vous dit que "c'est sérieux" !!!!!! Une fois que tout est fini et que l'on revient avec son enfant guéri on s'en remet mais l'angoisse persiste... En tout cas ne boudons pas ce plaisir et réjouissons nous de savoir que Lucile va bien !

santoline 23/01/2017 13:45

Ils n'ont quand même pas osé prononcer "débrouillez-vous" mais leurs réponses évasives en les dirigeant vers la sortie voulait dire pareil.
Ouf, tout le monde est rentré à la maison ! Lucile n'a plus qu'à bien se tenir à table pour reprendre ses grammes ! merci Fabienne

Praline 22/01/2017 08:47

Tu mets des touches d'humour dans ton billet mais je sais que ça cache une angoisse terrible, passée certes mais qui a bien justifié des nuits blanches. Dans mon entourage aussi, un nouveau-né a été hospitalisé pour une bronchiolite sévère, l'alerte est passée mais ce fut dur pour les parents et l'entourage proche.
Les pics de grippe et autres joyeusetés sont passés, le froid a balayé tout ça, soignez-vous bien, vitaminez-vous ! Bises Santoline.

santoline 22/01/2017 10:33

Tu vois juste Praline !... l'humour c'est pour chasser les peurs une fois passé le moment critique. Lucile va mieux et va peut être rentrer demain...?? Les adultes se soignent... après avoir résisté tant qu'elle a pu, c'est au tour de la maman !!...
Je ne sais pas si les "pics" sont passés en montagne mais par ici la série se prolonge.
Merci Praline

Pastelle 21/01/2017 14:25

Affreusement stressant quand un bébé est malade... :(
Et frustrant au possible de se voir renvoyer d'hôpital en hôpital.
Mais le pire est passé on dirait.
Bon rétablissement à tous !

santoline 21/01/2017 15:30

Je me souviens de mon stress quand les miens étaient malades (surtout le premier ). Ils avaient un poids "normal" à la naissance, c'est à dire plus que celui de la petite à presque 2 mois. On se sent vraiment démunis quand ces petits bouts sont malades !
Elle va mieux et tout le monde se soigne... merci Pastelle !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -